Comme sur la route de Madison

 

C’était le jour c’était la nuit,
Au temps mauvais de son ennui,
Quand il aimait les belles de nuit,
Tu le sortis du fond du puits,

Comme sur la route de Madison,
S’étaient rencontrés par hasard,
Elle ne parlait à personne,
Aussi dès le premier regard,

Il la vit dans un silence,
Qui la rendait encore plus belle,
Un joli tableau d’espérance,
Sous l’ombre de son ombrelle,

Quand elle fit tomber son mouchoir,
il se dit que c’était magique,
Que ce bout de soie elle fit choir,
Il pensa même idyllique,

Magie d’amour envie de vivre,
Une fois encore une belle histoire,
Il se sentit comme un peu ivre,
C’était peut être son jour de gloire,

La route est longue passe le temps,
Rempli d’espoir et de craintes,
Il avait depuis fort longtemps,
Envie de laisser son empreinte,

Enfin il fit mûrir le fruit,
En aimant ton académie,
Vous en récoltez l’usufruit,
Tout cela est une alchimie.

 

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 4970 to the field below: