La Belle Randonnée

coquelicots

Un long chemin sinueux longe la petite rivière,
Très mal entretenu, rempli de trous, d’ornières,
Se perd dans le maquis, le thym et la lavande,
Avec des fleurs sauvages plus que l’on en demande,

De rouges coquelicots garnissent les massifs,
Où passent quelques chiens qui sont non agressifs,
Mais gardent les moutons, protègent les troupeaux,
Encadré d’un berger qui nous attend là haut,

Alors lorsque je vois planer dans la vallée,
Les beaux oiseaux de nuit qui s’en vont par volées,
Dans la pale blancheur d’un matin éblouissant,
J’ai envie d’essayer d’atteindre le versant,

Le temps s’est arrêté comme s’il était en pause,
Je prends mon sac à dos, c’est à peine si j’ose,
Quitter ce bel endroit, apaisant merveilleux,
Devant cet inventaire présent devant les yeux,

Ici point de béton, l’horizon est sublime,
Mon dieu que l’on est bien, parmi les hautes cimes,
Pour savourer enfin un peu d’éternité,
Dans ce profond silence et cette immensité,

Si là haut je respire il faut craindre le pire,
J’ai peur pour nos enfants que la planète expire,
Il nous faut rebondir moi j’ai toute une liste,
Je peux si vous voulez parler du gaz de schistes.

4 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 1133 to the field below: