Le Désamour

 

« Ne me quitte pas, ne me quitte pas »

C’est le temps des reproches, et des mots que l’on pioche,
Parmi les noms d’oiseaux qui volent ma foi très haut,
Comme le font les vautours, le temps du désamour,
Il nous faut nous quitter, c’est le compte à rebours ,

Tu as mis sur la chaîne un vieux disque rayé,
Qui date à mon avis de tes années yé yé,
C’est dur d’entendre Brel avant de se quitter,
La corde est bien usée je suis bien affecté,

Tant va la cruche à l’eau, qu’un jour elle se casse,
Ce que je sais c’est que, tout passe et puis tout lasse,
Si le disque est rayé, c’est qu’on l’a trop passé,
Tant de fautes commises, moi je le dis: assez!

Tant va la cruche à l’eau qu’un jour elle se casse,
Combien de temps faut-il pour que cela s’efface?
Un fil désaccordé, voilà ce qu’il en reste,
Je suis un animal malade de la peste!

« Ne me quitte pas, ne me quitte pas »

 

3 commentaires

  1. joli poème,Mr.le poète !Merci d’avoir partagé avec nous votre sensibilité.A mon avis, quiconque lira ce poème se sentira concerné.Bonne continuation Pierre Cléon!Ravie de vous lire.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 3755 to the field below: