L’autruche

Mais où est donc l’insouciance,

Des jours? Etait-ce mieux avant?

Mais en avons nous conscience?

Serions nous tous des survivants?

S’agit-il du compte à rebours?

Mais quelle vie pour nos enfants?

Je crois que le ciel devient sourd,

Mes amis sonnons l’olifant,

Pourront ils chanter dans les cours?

Goûter la douceur d’un baiser,

Un peu d’amitié et d’amour,

Permettez je suis angoissé,

Car nous allons tout droit au mur,

Voilà que notre maison brûle,

Et les fumées dans la ramure,

Entendez vous les chiens qui hurlent?

Elle brûle depuis longtemps,

Arrêtons de faire l’autruche.

Et tout, tout est à l’avenant,

On nous prend vraiment pour des cruches.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 7007 to the field below: