Savoir Faire Face

L’absence d’un être cher, rend nos matins chagrins, Bien que tristes peuchère, il faut rester serein, Continuer le chemin, je pense à l’avenir, Si je te prends la main, c’est pour te soutenir, Le souvenir revient comme un oiseau d’passage, Les souvenirs communs, comme les oies sauvages, Temps adoucit les peines, chasse les souvenirs, Mais…

Continue reading →

Aux Arbres Citoyens

Certains arbres sont immortels, je pense aux grands baobabs. D’autres sont centenaires et plus, à l’abri des regards, ils ont peut être connu Victor Hugo et même Saint Louis qui rendait la justice sous son chêne. Vérité historique ou légende ? Chacun appréciera ! Et pourquoi pas Napoléon, François Villon, Marceline Desbordes-Valmore,Rimbaud, Verlaine ou bien Baudelaire…

Continue reading →

Déjeuner sur l’herbe

Claude Monet Un pique-nique à la Renoir,Quelques nappes étalées sur l’herbe,Ça te dit? Essayons pour voir,Ce serait une journée superbe, À l’ancienne et grandeur nature,Avec de l’imagination,Nous oublierons la conjoncture,Allez mon amie décidons, Référence aux maîtres anciens,Picasso, Renoir ou Monet,Qui ont tous peint chacun le sien,Sans oublier Édouard Manet, Je voudrais déjeuner sur l’herbe,Sous le…

Continue reading →

Le Chemin de Compostelle

Version 2020 Le Chemin de Compostelle  (Via Podiensis)  Un rêve inavoué, c’est celui de partir,  Et déranger les pierres, pour pouvoir s’investir,  Façon de découvrir qui sait un monde meilleur,Changer le quotidien et retrouver l’envie,Le p’tit coup de folie qui bascule la vie, Enfin s’en aller voir ce qui se passe ailleurs; Ami prends ton bâton, ta gourde…

Continue reading →

Carnaval à Venise

Madame la Marquise, Sous un beau soir d’été, Se pavane à Venise, Le décor est planté, Sur la place Saint-Marc, La flamme aventureuse, Sous le bleu d’un regard, La femme est amoureuse, Pour Monsieur Carnaval, Comme c’est la coutume, Elle va ouvrir le bal, En dentelle et en plume, Fait avec arrogance, Afin qu’on la…

Continue reading →

Le Coquelicot

  Claude Monet 1873 Avec son habit couleur sang, Sublimé par Claude Monet, C’est la lumière de l’été, Et la poésie dans les champs, Ça ressemble à une cocarde, Mais il ne faut pas le cueillir, Car aussitôt il va mourir, Viens ma mie tu sais il me tarde, De peindre ces coquelicots, Qui poussent…

Continue reading →