La chanson de l’Automne

 

Les grands arbres s’effeuillent,
Comme s’ils étaient en deuil,
Tournent tournent les feuilles,
J’ai vu un écureuil,
Dans une course folle,
S’élancer sur le sol,
Faire la farandole,
Jouer à pigeon vole,
Les grands chênes murmurent,
La chanson de l’automne,
Les feuilles papillonnent,
Caressent la ramure,
Puis tapissent le sol,
Dame chouette hulule,
Et en perd la boussole,
Elle reste dans sa bulle,
Sentant venir la nuit,
Camouflée dans l’arbre,
On la dirait de marbre,
Il n’y a plus de bruit,
Que celui de ces feuilles,
Qui tombent monotones,
Et moi je m’étonne,
Que les arbres s’effeuillent.

A.T
2019

 

2 commentaires

Répondre à Pierre Cléon Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 3494 to the field below: