Ode au Poète

TRENET

Entretien post mortem

Je voudrais avec vous parler de la fleur bleue,

Qui pousse dans les champs bien à l’abri du vent,

La vivace fleurie qui s’ouvre en écrivant,

Non pas la fleur du mal, qui nous donne des bleus

À l’âme se fane, mais celle du bonheur,

Qui d’un regard posé parfume notre cœur,

Parfois nous fait pleurer quand on est amoureux,

Et qui nous fait aussi battre bien des montagnes,

Puis à travers vos vers perdre la tramontane,

À vous voir devant moi je n’en crois pas mes yeux,

Vous êtes immortel ne craignez point l’oubli,

Car vous le savez bien tout le monde vous lit,

Poète vous connaissez bien d’autres histoires,

De soleil, de lune, et de mer infinie,

Dans les citadelles, un peu de félonie,

De soldats épuisés qui crient haut leurs victoires,

De rois du pays d’oc et de preux chevalier,

 « Le long des golfes clairs », marchent les échassiers.

Un doux parfum qu’on respire
C’est fleur bleue
Un regard qui vous attire
C’est fleur bleue
Des mots difficiles à dire
C’est fleur bleue
C’est fleur bleue
Une chanson qu’on fredonne
C’est fleur bleue
Un jeune amour qui se donne
Deux grands yeux qui s’abandonnent
C’est fleur bleue

C. TRENET

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 8864 to the field below: