Migration

Souriez donc mes amis, les grues sont revenues,

Migrent dans le pays, annoncent le printemps,

Changement de saison, voici le temps venu,

Des jolis sauts bruyants tout au bord des étangs,

Faisant le pied de grue, j’écoute leur prière,

Je les ai observées à la levée du jour,

En vols courts et criants, et les aies découverts,

Qui paradaient afin de rechercher  l’amour,

En parade nuptiale, en vols ondulants,

Accompagnés de cris, moi j’entre en solitude,

Quand je les vois voler cou tendu dans le vent,

Figé et absorbé, je suis en zénitude,

Souriez donc mes amis, les grues sont revenues,

Et planent  par milliers en longs vols migratoires,

Changement de saison, elles sont  bienvenues,

Spectacle éblouissant qui perpétue l’histoire.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 1912 to the field below: