Chimères

 

Demain de rivages en rivages,
Le vent me portera vers toi,
Je verrai d’autres paysages,
Au mépris des vents et des lois,

Si des océans nous séparent,
Moi j’ai semé mes p’tits cailloux,
Étant cerné de toute part,
Je vous envoie ce billet doux,

Saurai-je retrouver le départ,
Et ne pas me perdre en chemin,
Pour moi déjà il se fait tard,
Qui sait ce que sera demain?

Je vois que le chêne frissonne,
Saison fatale pour les feuilles,
J’ai déjà dépassé l’automne
Et sens bien que mon coeur s’effeuille,

Mais je caresse mes chimères,
Au mépris des vents et des lois,
Et jette une bouteille à la mer,
Le vent me portera vers toi.

 

2 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 3475 to the field below: