Coucher de Soleil

 

Coucher de soleil sur la Seine,
Le Pont Flaubert s’est enflammé,
C’est un drôle de phénomène,
Il y a des roses sublimés,

La lumière voyage dans mes yeux,
Le ciel dégradé a changé,
Je vois encore un peu de bleu,
Reste la couleur orangée,

Un filet d’ambre sur le fleuve,
Rejaillit tout en murmurant,
C’est sans doute bien la preuve,
Que l’astre s’enfonce en brûlant,

La lune souriante allume,
Les cent clochers de la ville,
Monte du fleuve une brume,
Bonnes gens dormirez tranquille,

Difficile de bien décrire,
Ce que je découvre â l’instant,
Car rien ne pourrait suffire,
Fleuve tu es resplendissant,

Le pont Flaubert s’est allumé,
Coule coule ma jolie Seine
Disparus roses sublimés,
Ton nom rime avec Verlaine.

 

2 réponses

  1. Bonjour Pierre
    magnifique poésie comme un soleil rouge
    Flamboyante de mille couleurs qui bouge
    Sur l’eau dansent les reflets du soleil couchant
    Paris devient un tableau troublant

    Que le regard ébloui d’un enfant
    Brille d’émerveillements
    Merci de cette belle lecture
    bonne et douce journée
    Mes amitiés
    Béa

    • Merci Béatrice un coucher de soleil sue la ville aux cent clochers qui je pense plairait à Gustave Flaubert et ses amis

      écrivains.Belle soirée mes amitiés également. Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 3256 to the field below: