L’Adieu

Tels des oiseaux désemparés,
Ils se sentaient mal dans leurs peaux,
Cessant même de respirer,
Et personne ne soufflait mot,

Toutes et tous furent en osmose,
Quand â la station balnéaire,
Ils jetèrent la belle rose,
Au large de la Cotinière,

Après dispersion des cendres,
En hommage au cher disparu,
Dans l’océan, ses méandres,
La fin d’un chemin parcouru,

Repose en paix dans ses vagues,
Suivant tes dernières volontés,
Tu es passé c’est une blague,
Mais c’est pas notre tasse de thé,

La mer est ton sanctuaire,
Saches que tu vis dans le cœur,
De ceux qui t’ont aimé hier,
Aucun océan tous en choeur,

Le point final n’existe pas,
Si tu as rejoint le néant,
Nous aussi marchons sur tes pas,
Mais où sont nos neiges d’antan.

7 réponses

  1. Pierre,

    Ce poème me touche personnellement, il me rappelle beaucoup de souvenirs et je suis contente de le voir sur ton site. Cet adieu est très touchant .
    Je t’ embrasse
    Jacqueline

    • Je me devais de le mettre sur mon site! j’ai attendu un peu que le temps passe car c’était trop douloureux.
      Bises et affectueuses pensées. Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 8660 to the field below: