Le Zouave

La Seine a débordé,
Elle en prend à son aise,
Elle va se balader,
Est devenue obèse,

Le zouave du pont Dl’Alma,
Souffre d’humidité,
Et redoute les frimas,
Il dit qu’il est gâté,

Scrute chaque jour la Seine,
Et les berges inondées,
C’est une drôle de Scène,
Qui lui rappelle celle des

Années mille neuf cent dix,
Et la montée des eaux,
Les travaux d’soixante dix,
Toujours les pieds dans l’eau,

La peur d’être noyé,
Ou bien de boire la tasse,
Le fait s’apitoyer,
Il attend que ça passe,

Alors un coup d’chapeau,
A toi mon vieux zouave,
Qui avec ton air grave,
Scrute la montée des eaux,

Un moment de folie,
Demain la Seine sans doute,
Va retrouver son lit,
Et reprendre sa route.

 

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 8728 to the field below: