Les lumières de la Ville

Art Contemporain internet
Auteur inconnu

Lorsque le soir descend,

L’homme dans son fauteuil,

Voit des taches de sang,

Sur le bord de son seuil,

Ce sont tous les reflets,

Qui montent de la ville,

Des rouges violets,

L’ancien n’est pas tranquille,

Des bruits inaudibles,

Montent c’est effrayant,

Du ventre de la ville,

Qui reste en mouvement,

De là semble jaillir,

Un monde inquiétant,

De larmes et de rires,

Qui n’est plus fascinant,

Il aimait tant sa ville,

Mais depuis l’accident,

Il est seul sur son isle,

Malheureux, dépendant,

Ce soir viendra sa fille,

Qui lui rendra visite,

Rassuré, plus tranquille,

Dans sa tête il cogite,

Douceur crépusculaire,

Qui viendra se poser,

Sous l’effet d’un baiser,

Mais demain sur son seuil,

Et c’est bien affligeant,

Cloué dans son fauteuil,

Lorsque le soir descend,

Restera sur son isle,

Tout seul avec son spleen.

2 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 7284 to the field below: