Poète par Intérim

 

Il s’en va la fleur au fusil,
Un œillet à la boutonnière,
Dans son cœur des roses trémières,
Et s’adonne à la poésie,

Il aime l’amour et la dentelle,
Les Belles dames du temps jadis,
L’histoire d’Orphée et d’Eurydice,
Accumule des péchés véniels,

Mais n’aime pas les militaires,
S’endort avec les Fleurs du Mal,
Et vois des aurores boréales,
Car son âme a quitté la terre,

Il dit que le pas cadencé,
Surtout le quatorze juillet,
Ne fait pas vraiment avancer,
Il préfère sa belle fleur d’œillet,

Et ainsi ouvrir d’autres portes,
Dans sa quête à la belle étoile,
L’inaccessible sur la toile,
Qu’il cherche ce qui le conforte,

Il souhaite construire des ponts levis,
Etre le passeur de lettres,
Pour partager et transmettre,
Mordre dans le fruit de la vie,

Rêve d’être le Petit Prince,
 la recherche des planètes,
Qu’il ne trouve pas sur le net,
Alors préfère sa province,

Il voulait épouser la mer,
Au dernier moment a eu peur,
De passer pour un déserteur,
Alors il a relu Homère,

La poésie des origines,
Et œillet à la boutonnière,
S’en est allé tout comme hier,
 la quête de sa Colombine,

Son jardin extraordinaire,
Le mène jusqu’à une source bleue,
Au joli bois des amoureux,
Ou là bas il se désaltère,

En jurant que la Madelon,
Ne peut pas lui servir à boire,
Car ayant eu quelques déboires,
Il préfère sa Janeton.

 

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 2284 to the field below: