Terre Normande

Loin des lumières de la ville.
Qui sont chères à Charlie Chaplin,
Tout le monde ici vit tranquille,
Beaucoup de pluie mais pas de spleen,

Alors dans notre village,
Nous n’entendons pas les cigales,
Mais on trouve dans les feuillages,
Des escargots c’est un régal,

Si le vent souffle c’est du ch’nord,
Il est bien souvent enivrant,
Et les blés en perdent le nord,
Mais ce n’est pas le vent d’autan,

La terre est douce et normande,
Certains matins sont éblouissants,
Ce petit texte est une offrande,
Pour ces paysans chancelants,

Qui gardent l’amour de leurs terres,
Avec des histoires de clochers,
Ils ont un sacré caractère,
Restent attachés à leurs rochers,

Ici on fait des centenaires,
Loin des lumières de la ville,
Au beau pays du camembert,
Et du cidre de Longueville,

Loin des lumières de la ville,
Qui sont chères à Charlie Chaplin,
Tout le monde ici vit tranquille,
Beaucoup de pluie mais pas de spleen.

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 3195 to the field below: