Blanche Colombe

 

Colombe

Je pense à la blanche colombe,

Qui sans arrêt parcourt le monde,

Ce n’est que partout hécatombes,

Elle nous envoie de bonnes ondes,

Mais n’arrive pas à se poser,

Et ne peux pas se reposer,

 

Alors pour oublier,

Ferme les yeux sur mon épaule,

La vie n’est pas toujours très drôle,

Viens avec moi chante et danse,

Au rythme de ton corps qui balance,

Danse jusqu’au bout de la nuit,

Tu oublieras vite tes ennuis,

 

Comme le clair de lune tu es blanche,

Et peux te rattraper aux branches,

Mais sous ta robe de satin blanc,

Il y a des regards insolents,

Le duvet de la blanche colombe,

Sur ta belle poitrine tombe,

 

Alors pour oublier,

Si la vie n’est pas toujours drôle,

Love-toi contre mon épaule,

Pour éponger tous tes soucis,

Allons jusqu’au bout de la nuit,

Je veux voir ton corps qui balance,

Dans la douceur des turbulences,

 

La colombe a été blessée,

Elle veut maintenant se reposer,

Sais-tu qu’elle est à l’agonie ?

Une chose que personne ne nie,

Mais savez-vous qui a tiré ?

Mais savez-vous qui a tiré ?

 

Un matin de ce froid dimanche,

Il y a une colombe blanche,

Qui a pu se poser enfin,

Elle nous a dit qu’elle avait faim,

J’ai pensé à Apollinaire,

Et à ceux partis à la guerre,

 

Alors pour oublier,

Si la vie n’est pas toujours drôle,

Love-toi contre mon épaule,

Pour éponger tous tes soucis,

Allons jusqu’au bout de la nuit,

Je veux voir ton corps qui balance,

Dans la douceur des turbulences.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 1698 to the field below: