Clio

 

muse-clio

Ce soir,

Les mots ne sortent pas, ma muse est contrariée,

Les mots n’arrivent pas, car elle est mal mariée,

«Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage*

Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage»

Vient-elle de me dire mais si cela l’amuse,

Sans elle je sais rimer ce doit être une ruse,

 

Moi en vers je voulais vous déclarer ma flamme,

Et ne porter pour vous qu’une seule couleur Madame,

Ma muse est contrariée je sens qu’elle est jalouse,

Elle fait un burn out ou bien un coup de blues,

Et doit être épuisée peut être aurai-je du,

Modifier mes propos et mes sous-entendus,

 

Sans doute certains vers qu’elle voyait de travers,

Au diable vauvert qu’elle se paie un trouvère,

C’est dommage Madame, moi je voulais vous dire,

En toute honnêteté mais n’allez pas en rire,

Puis-je encore espérer voir votre anatomie?

J’aimerais rendre hommage à votre académie,

 

Vous savez que je peux vous donner davantage,

Que de borner mon zèle à des marivaudages,

Et je vous dirais même que pour porter ma flamme,

J’aurai fait des prières au pied de Notre Dame,

Il se fait tard Madame, j’arrête mes jérémiades,

Veuillez me pardonner mais ma muse est malade,

 

Ce soir,

Les mots ne sortent pas, ma muse est contrariée,

Les mots n’arrivent pas, car elle est mal mariée,

De me voir tant souffrir je sais que ça l’amuse,

Oh! Je la vois déjà qui me fait ses excuses,

Voyez regardez là danser dans la nuit brune,

Elle me donne un baiser sous un rayon de lune.

*Nicolas Boileau

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 8457 to the field below: