Coquelicot Prince des champs

CLAUDE MONET

Il avait poussé par hasard,

Tout seul au bord de cette route,

Sur le trottoir sans le savoir,

C’était une fleur en déroute,

Qui venait d’Afrique du nord,

Le beau coquelicot d’amour,

Devait avoir perdu le nord,

Je le découvre au point du jour,

Utilisé pour la santé,

Il peu rendre fou et idiot,

Il est d’une grande beauté,

On lui donne nom de pavot,

J’ai donc l’idée de le cueillir,

Pour celle dont j’étais épris,

Voulant son corsage fleurir,

Pour rendre grâce à son esprit,

Mais un peintre l’a repéré,

Sur toile déjà coloré,

A voulu se l’accaparer,

Me laissant là désespéré,

Demain j’irai sur les chemins,

Rechercher ce Prince des champs,

Qui tremble toujours sous le vent,

Si tu veux donne-moi la main,

Nous irons cueillir couleur sang,

Ces fleurs sublimées par Monet,

Qui ne se gardent pas longtemps,

Ce que nous faisons chaque année.

2 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 6271 to the field below: