Le Jumeau

Danse sur moi frérot, danse avec moi mon frère,
Que je ne connais pas, je marche sur tes pas,
Je te cherche partout, écoute ma prière,
Trop vite tu es passé, d’une vie à trépas,
Tu n’étais que le fruit de parents amoureux,
Avant que d’exister, tu as fermé les yeux,

Je pense à toi frérot, que je ne connais pas,
Tu m’as manqué bien sûr quand je perdais mes billes,
Trop vite tu es passé, d’une vie à trépas,
En souffrance est mon corps, me reste ma béquille,
Fabriqués tous les deux dans le lit de l’amour,
Tu étais le premier, à avoir vu le jour,

Danse sur moi frérot, chante pour moi mon frère,
Je t’invente chaque jour et façonne ton visage,
Je sais que tu me suis et je te sens là haut,
Au diable vauvert, les hommes sont ils sages?
Veille sur moi mon frère, comme veille l’étoile,
Tu sais celle qui brille, et jamais ne se voile.

4 commentaires

  1. Bonsoir Pierre un poème qui m’a beaucoup ému
    Il est triste et tendre à la fois ton texte
    Ton coeur parle avec amour
    à ton frère parti si vite c’est injuste
    Tu l’imagines chaque jour à ton image c’est émouvant

    Douce soirée amitiés je t’embrasse

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 2075 to the field below: