Les Oies Sauvages

Pierrot est assis à la table,
Il est dans son livre d’image,
Il ne dit rien mais il voyage,
Il rêve qu’il écrit sur le sable,
De ses petits doigt malhabiles,
Il essaie de former des lettres,
Fait l’esquisse d’un crocodile,
Puis regarde par la fenêtre,

Dans le ciel passe des nuages,
Alors il écrit paradis,
Peu de printemps comptent son âge,
Mais il est tout abasourdi,
Il voudrait bien avoir des ailes,
Pour rejoindre les oies sauvages,
Et s’envoler à tire-d’aile,
Découvrir de lointains rivages,

Il a la fibre de l’espace,
Voudrait voler comme un oiseau,
Chaque fois que la tribu passe,
Il veut les rejoindre là haut,
Traverser les jolis nuages,
Les voir en v dans leur exil,
Un peu comme des chevaux sauvages,
En liberté lui semble t-il,

Pierrot ferme son livre d’images,
Il sait déjà qu’elles reviendront,
Après un épuisant voyage,
Pour nicher dans les environs,
En v dans un vol éperdu,
Le cri puissant l’aile sifflante,
Sous les nuages le cou tendu,
C’est une image qui le hante.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 5329 to the field below: