Lettre ouverte

Au pied de la lettre

Toi qui lis mes poèmes,

Que je ne connais pas,

Dis-moi comment vis tu,

Dans tes rêves dans tes nuits,

Qui es-tu? Ou es-tu?

Dans un pays lointain,

Tu as peut être faim,

Est ce que la vie est belle pour toi ?

Ou vis tu un mal être?

Moi j’ en perds mon latin,

Dans ma plume il y a un peu de moi,

Sache que j’aimerai,

Te connaitre mieux mais,

C’est impossible et la distance,

Fait que nous ne pouvons

Pas nous rencontrer,

Ironie du sort, si tu aimes ma plume

Et que tu la trouves belle,

Sans arrière-pensées,

Tu es une autre muse,

Qui me permet d’écrire ;

Dis-moi en quel pays,

Tu as bien vu le jour,

Aussi le nom des fleurs,

Qui sentent bon l’amour,

Et poussent dans les cours,

Recherches tu le bonheur,

L’inaccessible étoile ?

Si tu me dis tout cela,

Je te connaîtrai mieux,

Sans te connaitre vraiment,

Dis-moi comment tu vis,

As-tu connu l’ennui,

D’une misérable vie ?

Ou es-tu roi es tu reine,

D’un pays ou le sable,

Est plus chaud et le vent,

Sait fabriquer les dunes?

Qui que tu sois j’écris pour toi,

Et aussi pour moi, c’est un besoin d’écrire,

Tous ces alexandrins, rimes, enjambements,

Et autres proses rimées,

Dans l’air du temps,

Peut être à la recherche d’un temps perdu!

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 2652 to the field below: