Petite Mère

 

Le printemps est là tout bourgeonne,

Le vieux lilas de mère Simone,

Va encore nous donner des fleurs,

Ce qui apaise ses douleurs,

 

Dans son jardin tout refleurit,

Elles espère qu’elle sera guérie,

Pour offrir l’odorant muguet,

Comme chaque année au mois de mai,

 

À ses amis à sa famille,

À sa dernière petite fille,

C’est pour elle un porte bonheur,

Et c’est toujours de bonne humeur,

 

Qu’elle fait un tour dans son jardin,

Pour cueillir les fleurs au matin,

Elle se souvient des marguerites,

Qu’elle effeuillait c’était un rite,

 

Et d’un capitaine au long cours,

Qui lui disait l’aimer toujours,

Une belle histoire d’autrefois,

Mère Simone n’était pas de bois,

 

Mais elle ne se souvient pas des,

Primevères du myosotis des,

Roses églantines orchidées,

Petite mère n’a plus d’idées,

 

Pourtant elles étaient à son goût,

Elle les aimait un peu beaucoup,

Le printemps est là tout bourgeonne,

Le vieux lilas de mère Simone,

 

Va encore nous donner des fleurs,

Ce qui apaise ses douleurs.

Chaque jour petite mère se meurt,

Ne sait pas qu’elle a Alzheimer.

5 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 3259 to the field below: