J’aime Trénètement!

 

J’aime la Seine qui rime avec Verlaine,

J’aime Hélène et les trois capitaines,

J’aime les bouteilles qu’on jette à la mer,

Tes yeux verts quand ton regard se perd

Dans ma voix, et lorsque tout à coup,

Tu te pends doucement à mon cou,

Mais je me demande encore pourquoi,

Toi ma belle tu rimes avec moi ?

 

Sans doute le parfum du jasmin,

Qui un jour s’épandit sur mes mains,

Ou bien le destin c’était écrit,

Sur les tables de la loi ma mie,

J’aime les pompons jaunes du mimosa,

Qu’un jour mon inconnue tu osas,

M’offrir à la croisée du chemin,

Un soir de folie à Saint Germain,

 

J’aime ma ville et j’y suis attaché,

Le père Hugo et ses cent clochers,

J’aime qu’on chante de par le monde,

Qu’un jour on puisse faire une ronde.

 

« J’aime mon père, la France le bon dieu

Et puis les femmes, femmes qu’ont les yeux bleus »*

 

4 commentaires

  1. Si mélodieux comme il se doit d’ailleurs…j’aime vraiment votre inspiration…on a l’impression que vous pouvez tout écrire un peu comme par magie !

    1. Merci Gislaine d’apprécier ce texte que je voulais un peu fou comme le sont les poèmes du Grand Poète Auteur Compositeur qu’est Charles Trenet.
      J’espère avoir réussi preuve en est votre délicieux commentaire qui me touche. Amitiés. Pierre

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 4488 to the field below: