Le Silence

Elle restait prostrée dans un long silence,
Qui s’éternisait depuis son absence,
Elle n’arrivait plus ma foi à comprendre,
Qu’il fallait revoir sa carte du tendre,
Il l’avait laissée au bord de la route,
Toute seule sans raison permettez qu’elle doute,
Ne lui restait plus que cette pauvre errance,
Pour battre son cœur souffrant à outrance,

Et ce long silence devenait des notes,
Qui masquaient l’absence du beau croque note,
Rejoignant très haut cœur sur ses genoux,
Les belles planètes dans un rêve doux,
Alors de ce cri que personne n’entend,
Qui compense l’absence de l’être aimant,
Elle avait le cœur qui fondait en en larmes,
Et de longs sanglots comme seules armes.

Depuis elle a  revu sa carte du tendre…

 

 

5 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 6206 to the field below: