Ode à la nature

 

Ode à la nature

Je connais un endroit encor trou de verdure,

Ou l’on peut s’isoler, rêver dans la nature,

Les pieds dans le ruisseau avec de bonnes ondes,

Je sens venir les mots, si ma muse est féconde,

J’ai un bout de papier, je note quelques rimes,

Dans ce joli décor sans danger de déprime,

 

Au delà du vallon je découvre un château,

Se dressant tout au loin, dans le soleil qui tôt,

Parait à l’horizon, regarde bien petit,

L’astre éclaire le monde d’une telle modestie,

Et c’est une merveille que ce jour qui se lève,

Depuis des millénaires, pas un seul jour de trêve,

 

Dans ce champ de verdure, cette nature bienveillante,

Je vois le soir venu, une femme qui me hante,

Des jours et nuits entières, je la vois belle et fière,

Je ne suis pas certain qu’elle entende ma prière,

Alors je l’imagine et c’est une symphonie,

Pleine de volupté dans une douce harmonie.

 

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 8561 to the field below: