La Maraude

 

 maraude_croix_rouge

Ce soir en faisant la maraude,

On l’a vu sous sa couverture,

Alors j’ai pensé la mort rode,

Oh! Mes amis quelle aventure,

 

Il a bu une tasse de café,

Nous a demandé du tabac,

J’ai vu qu’il était assoiffé,

Qu’il n’avait rien dans son cabas,

 

Pas grand chose dans sa besace,

Sauf une bouteille de vin blanc,

Pour oublier toutes les menaces,

Rendre le trottoir accueillant,

 

Sans chez lui il nous a bien dit,

Qu’il n’avait plus besoin de rien,

Mais qu’il craignait la maladie,

Et prenait le temps comme il vient,

 

Il a répété je survis,

Mais j’ai l’angoisse de la nuit,

Alors que ais je faire de ma vie,

L’attente est bien pire que l’ennui,

 

J’ai peur de la grande faucheuse,

Mes rêves ne sont que des partirs,

Je la pensais très amoureuse,

Mais elle n’a fait que me détruire,

 

J’ai essayé d’oublier Elle,

En me perdant dans mes passions,

Sur le chemin de Compostelle,

Voyez j’en pleure d’émotion,

 

Je voulais voir les cathédrales,

Et les statues du moyen age,

Afin d’approcher les étoiles,

Comme les compagnons du voyage,

 

Il reprit un peu de café,

Nous l’avions mis en confiance,

N’était plus du tout assoiffé,

Et a rejoint la permanence,

 

Ce soir en faisant la maraude,

On avait réglé une urgence,

Mais tous les jours la mort rode,

Et toujours cette indifférence.

 

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification (anti-robot) * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 1000 to the field below: